Vidéosurveillance ou Télésurveillance ?

Vidéosurveillance ou Télésurveillance ?

Dans la sphère des dispositifs de sécurité privatifs et publics, différents systèmes d’alarmes coexistent impliquant des technologies complémentaires mais distinctes, et des processus de réactions différents, parfois confondus par les néophytes. Une confusion règne notamment dans l’inconscient collectif entre la Télésurveillance et la Vidéosurveillance. Ce petit guide vous aidera à faire la différence.

Les systèmes de Télésurveillance

Les dispositifs de télésurveillance impliquent l’installation de caméras, intérieures ou extérieures, filmant 24H sur 24h le logement privatif ou le local professionnel, reliées à un centre de télésurveillance.

Au sein du centre de télésurveillance, des opérateurs spécialisés, aux casiers judiciaires obligatoirement vierges, détenteurs de diplômes d’état de type BTS opérateur de sécurité vidéo ou BP sécurité, se relayent pour veiller sur les images transmises par les caméras.

Les caméras n’enregistrent les séquences vidéos que lorsqu’une alerte se déclenche, ou lorsque une intrusion est détectée. Les professionnels du centre de télésurveillance réagissent alors selon les protocoles légaux, en dépêchant un agent de sécurité formé sur place, qui va effectuer une ronde et prévenir les forces de l’ordre en cas d’effraction avérée.

En plus des caméras, le dispositif de télésurveillance comprend différents détecteurs, placés aux endroits stratégiques d’un local, près des portes et des fenêtres et aux plafonds des pièces principales. Il s’agit de détecteurs de mouvements pour prévenir les cambriolages, de détecteurs de fumée anti incendie, ou de détecteurs d’humidité pour prévenir les dégâts des eaux et les accidents domestiques.

Ces différents détecteurs sont reliés à des alarmes sonores puissantes, qui découragent les intrus et préviennent les habitants du danger. Les installations se font aujourd’hui sans travaux complexes, sans ajouts de fils disgracieux, les différents boitiers de détection, d’alarme et les caméras, communiquant par le biais des technologies filaires de type wifi.

Les dispositifs de Vidéosurveillance

Les dispositifs de vidéosurveillance n’impliquent à la base, que l’utilisation de caméras, programmées pour filmer en permanence ou bien selon des plages horaires précises, les abords et l’intérieur de différents locaux.

Ces dispositifs peuvent être installés par des particuliers, qui ont notamment recours à des caméras IP dont on peut observer tout seul les images sur Internet, avec une application dédiée et des identifiants personnels, depuis n’importe quel outil de navigation sur la toile, un ordinateur portable ou fixe, une tablette tactile ou encore un smartphone.

Les caméras filment et enregistrent les séquences vidéo en permanence, durant les plages programmées, contrairement aux dispositifs de télésurveillance. Toutefois la CNIL veille à ce que la voie publique, ou le voisinage direct, n’entrent pas dans le champ des caméras. En cas de plainte pour non respect de la vie privée, la sanction peut aller jusqu’à 45 000€ d’amende et trois ans d’emprisonnement.

Ces caméras peuvent être reliées à des alarmes sonores et à des détecteurs de mouvements, mais seul le particulier décide de l’étendue de son installation sécuritaire. Ces dispositifs sont plus adaptés pour la surveillance des locaux professionnels que des logements privatifs. L’appel aux forces de l’ordre est la seule réponse adaptée à la détection d’une intrusion.